dimanche 8 avril 2018

Un poème qui venait du froid

enfin, le printemps

Si j'existe, alors je suis une trace
ou des pas sur le sable
ou un fleuve
qui ne parvient pas
à atteindre la mère tout entier
ou la faim
de quelque chose qui
ne pousse nulle part

En réalité je suis un chemin
mais je ne sais pas qui me parcourt
ni où je conduis
je n'en ai pas besoin

Fais de moi un oiseau
façonne-moi de tes deuxmains
un beau bec et des ailes solides
puis laisse-moi m'envoler
pour que je puisse
environ une fois par semaine
venir me poser sur ton épaule
le regard fatigué

Aucun chemin ne conduit jusqu'à toi
dans un autre monde possible
nous ne sommes qu'une seule phrase

Triin Soomets (Estonie)

Mini série #3 pour les oreilles

à mettre dans vos écouteurs, playlists, sur Deezer (conglomérat Américain-Russo-Saoudien : un vrai plaisir, et oui ce n'est plus sous actionnariat français) ou Spotify (suédois), ou Apple ou...any!

Comme me disait une collègue (pas très iCollègue, plutôt oldschool collegue) : "tu choisis ta musique en fonction du nom des groupes?"
Oui et ça fait le programme du week-end.


The war on drugs -
leur dernier album "a deeper understanding" et commencer avec le titre "thinking of a place"

"I'm moving through the dark

Of a long black night
Just moving with the moon
And the light it shines
And I'm thinking of a place
And it feels so very real
Just moving through the dark"

Ces histoires de place (dans le bus, sur le banc, dans la famille, au boulot...)  c'est parfois l'histoire d'une vie, là ça dure un peu plus de 4 minutes et ça emporte.

Cigarette after sex 


leur unique album du même nom et commencer avec le premier titre "K" et n'hésitez pas à l"écouter juste avant la cigarette justement.




Charlotte Cardin
l'album Main Girl, c'est une Québécoise, elle chante en anglais et deux chanson en français.
"Dirty dirty" pour les anglophiles et "tu te faufiles" pour les francophiles (vous êtes tous francophones)

vendredi 23 mars 2018

Regarder, d'abord

vu de notre temps

« Quand (on) connaît le nom d’une chose, (on)pense tout savoir à son sujet et (on)ne regarde plus. Mais un nom ne veut rien dire, et affirmer que tu connais le nom de quelque chose revient à avouer que tu ne sais rien, moins que rien. (…)
Ne pense jamais que le nom est la chose, car il n’y a que la chose qui existe, les noms ne sont que des pièges pour t’aider à t’en souvenir. »


My absolute darling – Gabriel Tallent

dimanche 18 mars 2018

Livre et avenir

trainée matinale de ma fenêtre

« On ne peut pas savoir si nos actions sont futiles ou pas, on ne possède pas de souvenirs de l’avenir ; l’avenir est effectivement sombre ce qui est la meilleure chose pour un avenir ; et au final nous agissons toujours dans le noir. Les conséquences de nos actions peuvent prendre des formes imprévisibles et même inimaginables. Elle peuvent survenir longtemps après notre mort. 
Et souvent c’est là que la parole des écrivains résonne le plus’


Rebecca Solnit - Ces hommes qui m'expliquent la vie